Reconnaissance Optique de Caractères : quelle différence entre l'OCR et l'ICR ?

La recon­nais­sance optique de carac­tères (ou OCR) consiste à ana­ly­ser un docu­ment dis­po­nible sous forme d’i­mage, par exemple un docu­ment numé­ri­sé au moyen d’un scan­ner ou une pho­to, et à le trans­for­mer en une ver­sion texte direc­te­ment ana­ly­sable par un module de trai­te­ment auto­ma­tique des langues. Cette opé­ra­tion uti­lise géné­ra­le­ment des tech­no­lo­gies de recon­nais­sance de formes à base de réseaux de neurones. 

Un pre­mier trai­te­ment consiste à iden­ti­fier la ligne de base et à iso­ler les carac­tères. La recon­nais­sance de formes est ensuite appli­quée sur les carac­tères isolés.

OCR ou ICR

L’a­cro­nyme anglais ICR signi­fie Intel­li­gent Cha­rac­ter Recog­ni­tion pour Recon­nais­sance Intel­li­gente de Carac­tères. Au-delà des sub­ti­li­tés tech­no­lo­giques, la prin­ci­pale dif­fé­rence entre l’O­CR et l’I­CR est que l’I­CR intègre la recon­nais­sance de l’é­cri­ture manus­crite alors que l’O­CR se limite aux carac­tères d’imprimerie.

Par Alain Couillault
PhD Chargé de Mission Innovation APIL

Études de cas associés

Qualifier automatiquement les leads : un gain de temps et de précision

Je suis responsable commercial du service de ventes en ligne pour une entreprise de vente de produits sportifs, et dans le cadre du processus de gestion de nos leads, je souhaite disposer d'une solution pour aider les commerciaux de mon équipe à qualifier automatiquement les leads et à les classer en fonction de leur profil ou de leurs intentions d'achat.

La chasse aux infox, aussi impérieuse que complexe

Je suis directeur de la publication d'un journal d'information généraliste. A l'heure des médias sociaux, tout le monde ou presque peut publier de l'information visible de toute la planète. Cette formidable opportunité est hélas une aubaine pour les rumeurs voire la désinformation délibérée. Ne pas se faire le relais des infox est un devoir des médias désormais inscrit dans la loi. Débusquer et dénoncer la désinformation n'est pas une obligation légale mais un objectif éthique pour les médias.

Quelle solution de fact checking pour mon ONG ?

Je suis responsable de la communication pour une ONG dans un domaine où l'information au public est essentielle et controversée et où le lobbying est très actif. Je dois repérer quotidiennement les informations diffusées et relayées sur les réseaux sociaux et dans la presse afin d'ajuster ma stratégie de communication. Existe-t-il des solutions de fact checking pour lutter contre la diffusion des infox (fake news) ?